Actualités
Maladie : le manquement d’un salarié à son obligation de loyauté est apprécié de manière stricte

Maladie : le manquement d’un salarié à son obligation de loyauté est apprécié de manière stricte

Publié le : 29/03/2020 29 mars mars 03 2020

Le salarié en arrêt maladie, qui continue à percevoir un complément de salaire de son employeur alors qu’il exerce une autre activité professionnelle, ne manque pas à son obligation de loyauté. (Cass. soc., 26 févr. 2020, n° 18-10.017)

Une salariée engagée en tant que secrétaire commerciale est licenciée pour avoir exercé une activité professionnelle, pendant son arrêt de travail, pour le compte d’une autre société dans laquelle elle était l’unique associée.

Son employeur lui reproche d’avoir manqué à son obligation de loyauté en continuant à percevoir pendant cette période un complément de salaire de sa part. La décision de l’employeur est approuvée par les juges du fond en raison de la déloyauté de la faute de la salariée, et ce, peu important l’absence de caractère concurrentiel de la seconde activité de celle-ci, le régime de sorties libres de l’arrêt de travail ou la connaissance que l’employeur avait de la qualité d’associée de la salariée.

Pour mémoire, le salarié dont le contrat de travail est suspendu pour maladie est dispensé de son obligation de fournir une prestation de travail mais reste tenu à son obligation de loyauté envers l’employeur (Cass. soc., 15 juin 1999, n° 96-44.772).

 

Ce raisonnement est censuré par la Cour de cassation.

La Haute Cour rappelle, en effet, que l’exercice d’une activité, pour le compte d’une société non concurrente de celle de l’employeur, pendant un arrêt de travail provoqué par la maladie, ne constitue pas en lui-même un manquement à l’obligation de loyauté qui subsiste pendant la durée de cet arrêt. Dans un tel cas, pour fonder un licenciement, l’acte commis par le salarié durant la suspension du contrat de travail doit causer un préjudice à l’employeur ou à l’entreprise (Cass. soc., 12 oct. 2011, n° 10-16.649).

Or, pour la Cour de cassation, le préjudice ne peut résulter « du seul paiement par l’employeur, en conséquence de l’arrêt de travail, des indemnités complémentaires aux allocations journalières ».

Le licenciement pour faute grave de la salariée est donc injustifié.

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK